• Natty Stelle Kokolo

Mois de la Femme : La place de la Femme au Sénégal 

Mois de la Femme : La place de la Femme au Sénégal

Chaque année le 08 mars est une occasion de revenir sur les progrès en terme d’égalité des genres au Sénégal. Mais également de sensibiliser sur les améliorations et le long chemin qui reste encore à parcourir. En effet, que cela soit individuellement ou collectivement, les femmes, de toutes générations confondues, prennent part à la lutte pour le respect de leurs droits, chacune apportant sa pierre à l'édifice.

Pour cela nous souhaitons mettre en avant les domaines majeurs dans lesquels il y a eu de grandes avancées, mais également ceux pour lesquels il y'a encore beaucoup d'efforts à fournir.




Le droit et la Femme Sénégalaise

Il y a une grande amélioration pour la protection des droits de la femme sur le plan juridique et institutionnel au Sénégal. Toutefois, beaucoup reste encore à faire dans l’application pratique des dispositions existantes. En effet, Le Sénégal a ratifié un bon nombre de traités, conventions et protocoles internationaux ces dernières années. Mais le décalage entre ces textes internationaux et les lois internes, font que beaucoup de droits reconnus à la femme restent encore théoriques.

Les sanctions prévues contre certains délits perpétrés envers les femmes, comme le viol, l’excision, le mariage forcé et d’autres ne sont pas appliquées. Ce qui est parfois renforcé par la méconnaissance de ces droits par les hommes ainsi que les femmes elles-mêmes.



La politique et la femme Sénégalaise

Au Sénégal, la reconnaissance du rôle politique des femmes s’améliore doucement. Au plan local, par exemple, les femmes font désormais partie intégrante des comités de gestion et participent aux prises de décisions aux côté des hommes. Leurs avis sont pris en compte par le chef du village.

Le 1er juillet 2012, le Sénégal a fait un pas important sur le chemin de l’égalité en faisant passer la présence des femmes à l’Assemblée de 33 à 64 députées. Et nous voyons de plus en plus de personnalités féminines s’affirmer sur la scène politique. Il est donc important de maintenir le cap, afin d’améliorer la place de la femme sénégalaise à des fonctions plus hautes sur la scène politique. Pourquoi pas la présidence même un jour ?



L’Entreprenariat et la femme Sénégalaise

Les femmes entrepreneurs au Sénégal sont de plus en plus nombreuses. La crise et le chômage de masse pousse de nombreuses femmes à entreprendre, notamment dans l’économie informelle. Bien que l’entreprenariat reste masculin (68,7 %), les femmes sont aujourd’hui plus présentes que par le passé, majoritairemennt dans les secteurs de la restauration (72,8 %) et dans les activités de coiffure et de commerce (38,9 %). La moyenne d’âge des femmes entrepreneurs au Sénégal a également rajeuni et est désormais de 40 ans. Auparavant, les femmes créaient leur entreprise quand les enfants étaient grands ou bien quand elles étaient à la retraite. Moins elles avaient de charges familiales, plus elles allaient vers la création d’entreprise. Aujourd’hui, au sortir de l’école, plusieurs décident de fonder leurs propres entreprises.



Monde de l’emploi et la Femme Sénégalaise

Dans le monde de l’emploi dans les secteurs privés ou publiques, la présence des femmes reste encore faible. Environ moins d'un emploi sur quatre est occupé par une femme. Cela est renforcé par le fait que la majorité des femmes se trouvent dans des emplois précaires et informels. Il n'est donc pas surprenant de constater que les femmes sont quasiment absentes des emplois qualifiés salariés.

Ce qui entraine naturellement une précarité et inégalité des salaires. Le salaire mensuel moyen des hommes au Sénégal est d’environ 290 740 FCFA contre 127 130 FCFA pour les femmes à fonction égale. C'est un écart de plus de 50%. En comparaison, l'écart salarial mondial entre les sexes hommes et femmes est de 58%. Ceci est lié aux inégalités persistantes de genre en matière d'éducation. Le mariage, et les grossesses sont également des facteurs accélérant la sortie d'activité à considérer au Sénégal.



Un changement de mentalité s’impose

Réduire l'inégalité hommes-femmes passe aussi par une évolution et révolution des mentalités. Les stéréotypes et les discriminations renforcent les inégalités tant sur le plan économique que social. Il faut donc que nous changions nos mentalités et nos comportements.

Les pesanteurs socio-culturelles, l'équilibre entre la vie professionnelle et familiale, les questions de la maternité et de la violence sont des problématiques qui influent sur le bien être des femmes.

Aujourd'hui dans nos sociétés, le rôle de la femme à beaucoup évolué. Et il faudrait que de nouvelles mentalités également s’imposent.



Afin de faire avancer le plaidoyer sur l'égalité du genre, il faudrait mettre en place des mesures tant économiques que sociales. Mais surtout remporter la bataille de la mise en œuvre et la consolidation des acquis. De grands efforts ont été fournis pour faire évoluer les droits et le bien être des femmes. Toutefois, c'est un travail de longue haleine avec des marches importantes à gravir restantes.

Nous reconnaissons la place importante de la femme dans le développement de notre société et l'inscrivons en marbre dans nos valeurs.

Bonne Fête des Femmes à nos lectrices ainsi qu'à toutes les femmes du Sénégal et de l'Afrique entière !!!

23 vues0 commentaire